Suivez l'actualité NABNI en direct

Naissance

Comment est née l’initiative Nabni ? comment a été défini le concept ?

Nabni (Notre Algérie Bâtie sur de Nouvelles Idées) est née à partir de discussions débutées en décembre 2010 et janvier 2011 entre une dizaine de personnes. Ces discussions, qui se sont vite étendues à une trentaine de personnes, ont abouti au double constat suivant : tout d’abord, malgré les discussions en cours sur la nécessité de changements profonds en Algérie, du besoin de passage de témoin entre générations et de fonder l’action publique sur des bases modernes et participatives, il y a très peu de propositions pour des actions ou des programmes concrets en mesure d’avoir un impact sur le bien-être de la population, ni d’efforts pour impliquer réellement les jeunes générations dans les débats publics. Pourtant l’Algérie n’a jamais réuni autant d’atouts pour réussir son développement, et la société devrait bouillonner d’idées et de propositions.

Par ailleurs, la perspective du Cinquantième anniversaire de l’indépendance, occasion de faire un bilan et réfléchir sur un nouveau départ, offrait une opportunité pour inscrire l’initiative dans une perspective historique et symbolique, en marge des échéanciers dictés par l’actualité.

Des discussions se sont engagées avec des proches, en Algérie et à l’étranger. Le noyau initial s’est étendu et un groupe d’une trentaine de personnes s’est formé en deux à trois semaines. Toutes ces personnes étaient prêtes à apporter leur contribution à une réflexion collective autour de solutions concrètes aux difficultés et défis de court terme de l’ensemble de la société (logement, chômage, cadre de vie, économie). L’intérêt portait aussi sur des propositions de plus long terme sur le développement économique et social du pays pour les prochaines décennies.

Entre la tentation de lancer un exercice stratégique de long-terme (nous pensions d’abord à un rapport Algérie 2030), et l’intérêt plus répandu pour le concret et le court-terme, mélangé au scepticisme de beaucoup de nos concitoyens vis-à-vis des visions lointaines, le groupe a opté pour un travail en deux temps : Nabni 2012 pour préparer un plan d’actions de 100 mesures pour l’année du cinquantenaire qui débutera le 5 juillet 2011 ; suivie d’un exercice prospectif de moyen-terme, Nabni 2020, qui sera achevé le 5 juillet 2012 par la publication du Rapport pour le Cinquantenaire de l’Indépendance Nationale.

Si un tel engouement pouvait être obtenu dans un cercle restreint, cela signifiait qu’il existait un potentiel de mobilisation auprès des jeunes générations; contrairement au pessimisme ambiant, de nombreux compatriotes ont encore un formidable espoir en l’avenir de leur pays et partagent un véritable idéal : ils veulent vivre dans un pays ou le développement économique est partagé, avec une véritable protection sociale pour les catégories les plus vulnérables de la population, et ne sont pas préoccupés uniquement par leur réussite personnelle  ou par mettre leur famille à l’abri, mais également par le bien commun. Plus prosaïquement, en retrouvant le goût de réfléchir et de débattre de notre avenir commun, il y a moyen de préparer dans les meilleures conditions les changements à venir, dans tous les domaines.

Restait à définir concrètement la démarche, à structurer le groupe pour être en mesure de produire un travail de qualité et à réunir les moyens pour y parvenir (via un site internet essentiellement et les réseaux sociaux Facebook, twitter et Youtube).

Qu’est ce que le réseau Nabni aujourd’hui  et comment fonctionne-t-il?

Le réseau Nabni regroupe des Algériennes et des Algériens résidents en Algérie et à l’étranger, travaillant dans le secteur privé, le secteur public, l’enseignement, les institutions internationales ou le consulting. Ce sont souvent des praticiens ou des experts, qui ont envie de mettre cette expertise au service de leur pays. C’est un groupe ouvert, qui a vocation à inclure toujours plus de personnes, qui veulent donner de leur temps à trouver des solutions concrètes à nos problèmes, loin des querelles idéologiques ou partisanes. La désignation dethink-tank participatif résume probablement le mieux ce qu’est Nabni.

Au-delà de ce réseau de membres, Nabni vise à mettre un forum civique sur le net à disposition de tous nos concitoyens qui y trouveront matière à réflexion et suivi des affaires publiques; l’interaction sur le site vise à créer un véritable échange, un vrai débat contradictoire basé sur des éléments factuels, avec l’éclairage essentiel provenant de l’expertise et de l’expérience de personnes qualifiées que nous nous efforçons de mobiliser. C’est dans cet esprit que nous avons ouvert la possibilité à tous sur Internet de voter pour les mesures que nous présentons, d’amender ces mesures, ou d’en proposer de nouvelles.

Nous n’oublions pas non plus les pouvoirs publics, à tous les niveaux de l’administration. Ce sont eux qui ont la possibilité d’enrichir les propositions par leurs connaissances des textes et des réalités de terrain. Surtout, ils sont les seuls à pouvoir mettre en œuvre effectivement les mesures que nous proposons. Pour cela, des fiches techniques détaillées accompagnent chaque mesure pour faciliter leur mise en œuvre future, de même que l’expertise du réseau dans le domaine concerné.

Le réseau Nabni a vocation à se pérenniser, mais il est encore trop tôt pour savoir ce qu’il deviendra au-delà des échéances fixées. Ce qui est certain, c’est qu’il continuera à fonctionner selon les quatre principes suivants: il demeurera non partisan pour éviter les divisions internes et les récupérations externes;  il restera transparent dans son mode de fonctionnement et dans la motivation des mesures, qui doivent bénéficier au pays dans son ensemble, sans agenda caché de la part de ses membres ; il restera ouvert à la participation de tous via Internet et ses fonctionnalités interactives; il mettra en avant des mesures assises sur des faits et une réelle expertise et non sur des opinions et des idéologies.

Soyons très clairs à ce stade: Nabni n’est ni un parti politique, ni affilié à un parti, et ne le deviendra pas. Nous avons édicté une Charte de gouvernance où chaque membre qui active dans une structure partisane de son choix s’engage à le faire à titre individuel, en dehors de Nabni, aujourd’hui et à l’avenir.